Métro m’a tuer…

© Maxppp – PHOTOPQR/LA PROVENCE

 

Vaste sujet que notre cher et coûteux métro marseillais. Pourtant 15 lignes me paraissent suffisantes pour évoquer nos deux pauvres lignes.

Apparemment, les nouvelles technologies ne sont pas parvenues dans notre belle cité phocéenne. Telle « la Sardine » bloquée à l’entrée du Vieux-Port.

Merci à la corruption, merci à la lenteur, merci au désintéressement de nos chefs pour transports si précieux.

Lyon a son métro sans chauffeur, nous nous avons des chauffeurs sans métro !

A l’occasion des 40 ans de cette escroquerie de tristes décorations trônent au beau milieu des quais. Pour pouvoir apercevoir ces merveilles, il vous faudra y accéder pendant les horaires d’ouverture si restreintes. Et s’acquitter d’un ticket de métro suivant le cour du beurre. Un prix toujours croissant.

Nous payons les dispositifs anti-fraude ou barrières les plus franchissables au monde. Un véritable Mur de Berlin façon pain d’épices. Une alerte enlèvement a été déclenchée pour la petite propreté décidément introuvable.

Cerise sur le gâteau, l’insécurité règne. Pas plus tard qu’hier soir, je me délecte d’un livre de Truman Capote. Quand, soudain, un homme décide de cracher par l’infime ouverture de la vitre en ma direction. Le tout en m’adressant un : « Salut connard ! ».

Finalement deux mots bien simples pour deux lignes tristement simplettes.

 

Guillaume Testa

 

 

Laisser un commentaire