MERKEL : LA RECONQUETE DE SES ELECTEURS

En acceptant le plafonnement à 200 000 réfugiés par an, la chancelière allemande espère récupérer l’électorat perdu des élections législatives de septembre dernier.

 

Lors d’une réunion de crise à Berlin, Angela Merkel et son parti conservateur (CDU) ont accepté ce dimanche de faire de lourdes concessions. En approuvant la demande de l’Union Chrétienne-Sociale (CSU), ces derniers ont accepté de revoir largement à la baisse le nombre de migrants acceptés sur le sol allemand. Cette requête était indispensable à leur participation au nouveau gouvernement.

 

 

Cette décision vient en réponse aux résultats décevants des dernières élections législatives. Affaiblie par ce nouvel échec, A.Merkel a donc été contrainte de faire machine arrière dans sa politique migratoire. Après avoir accueilli ces deux dernières années plus d’un million de réfugiés par an, elle est forcée de diviser par cinq le nombre de migrants acceptés en Allemagne.

Cette tentative de séduction est adressée principalement aux électeurs ayant amené le mouvement d’extrême droite (AFD) à la 3ème place lors des dernières élections. Ces derniers se sont détournés de leur leader car ils n’ont pas tolérés les arrivée massives de réfugiés.

Le « volte-face » d’A.Merkel n’est sans doute pas suffisant pour satisfaire les votants sensibles à l’appel du populisme d’extrême droite. D’autres changements politiques et de « caps » sont donc à prévoir dans les semaines à venir.

Guillaume Testa

 

Laisser un commentaire